Ultime News

UNA TAZZA DI MARE IN TEMPESTA


A SEA CUP IN A STORM  – from Melville’s Moby Dick (ENGLISH)

from Moby Dick by Herman Melville

a trip in the sea by Roberto Abbiati

with Johannes Schlosser

original music Fabio Besana teatro de gli Incamminati

show created with the contribution of Armunia residenze artistiche

DOWNLOAD ARTISTIC SHEET

LITTLE STAGE MAP A SEA CUP IN A STORM

The public is invited to enter a little room (hand made by Abbiati himself) as if we were in a whaler’s hold. Roberto Abbiati tells us Melville’s Moby Dick story in a 25 minutes performance for 15 people audience: “A little installation, a little performance for a small crowd who watches little objects recalling big events. All stolen from Melville, for a few minutes.”

Une tasse de mer démontée (FRANCAIS)

TELECHARGEZ LE DOSSIER 

Dans une petite chambre, comme si on Ă©tait dans la cale d’une baleinière, Roberto Abbiati nous dĂ©voile le Moby Dick de Melville : « Une petite installation, une petite performance, pour un petit public qui regarde des petit objets Ă©voquent des grand choses. Comme si on Ă©tait dans la cale d’une baleinière Â» .

Christelle Granja, sur Liberation avait Ă©crit :

“De nombreux spectacles donnent Ă  voir et Ă  entendre des Ĺ“uvres littĂ©raires. Avec «Una tazza di mare in tempesta », toujours Ă  l’affiche, Roberto Abbiati s’inspire de Moby Dick, de Herman Melville, et embarque une grosse poignĂ©e de spectateurs dans une cabane de bois d’une quinzaine de mètres carrĂ©s, faite soute de baleinier. IsmaĂ«l, hĂ©ros du roman amĂ©ricain, guide la traversĂ©e. Les objets rĂ©cupĂ©rĂ©s ou fabriquĂ©s par l’artiste prennent corps : ici on aperçoit une baleine, lĂ , l’obscur capitaine Achab. «J’ai pensĂ© que la seule façon d’interprĂ©ter ce rĂ©cit en conservant sa force Ă©tait de changer radicalement d’échelle : transposer l’infiniment grand dans l’infiniment petit», confie Roberto Abbiati. ComĂ©dien et plasticien, il rappelle que les arts de la marionnette «permettent d’affronter des thĂ©matiques graves. Moby Dick n’est pas une fable pour enfants.”